Afin d’optimiser votre expérience de navigation, ce site utilise des cookies. En naviguant sur ce site, vous en acceptez l’usage. En savoir plus

Agnès b.

0 résultat(s)

Fermer
La maison B. > l’univers agnès b. > galerie du jour

galerie et librairie du jour

Ouverte en novembre 1984, rue du jour, dans une ancienne boucherie du quartier des Halles de Paris, la galerie s’est agrandie en déménageant au 44 rue Quincampoix, derrière le Centre Georges Pompidou en 1998. Elle vient de fermer ses portes pour rouvrir en 2019 au sein de la fondation agnès b. … à suivre !

“J’ai voulu faire une galerie pour donner à voir ce que j’aime. On dit une galerie mais on pourrait dire un endroit pour montrer l’envers et l’à côté des choses, montrer de la peinture, de la sculpture, des photographies et, à chaque fois, en même temps, essayer d’inventer de nouvelles façons de faire circuler les images, de les mettre à la portée de tous.” agnès b.

Découvrir

© archives agnès b., 1984

la première galerie du jour

En 1984, la première galerie du jour s’est installée contre l’église Saint-Eustache, dans l’ancienne enseigne des “Jambons français”, en lieu et place de l’actuelle boutique femme. La galerie a depuis déménagé rue Quincampoix, à l’adresse historique de la galerie Jean Fournier, où agnès b. travaillait à mi-temps à l’inventaire des œuvres, alors qu’elle n’avait que 17 ans. La photographie et le graffiti sont les deux maillons forts de la galerie dès son ouverture.

au rythme d'une dizaine d'expositions par an...

Au rythme d’une dizaine d’expositions par an, agnès b. y a présenté depuis son ouverture le travail d’artistes peintres, plasticiens ou photographes aussi divers que Martine Barrat, Katsuhiko Hibino, Loulou Picasso, Roman Cieslewicz, Nan Goldin ou Claude Lévêque. agnès b. s’est aussi résolument engagée dans la voie ouverte par l’exposition-manifeste du Centre Georges Pompidou en 1989 “Les Magiciens de la Terre”, dont on a pu dire qu’elle avait étendu les frontières de l’art contemporain hors des continents européens et nord américains. Elle présente ainsi régulièrement le travail d’artistes africains et orientaux tels que Frédéric Bruly Bouabré, Acharya Vyakul ou Seydou Keïta.

j'ai toujours aimé les graffitis...

Depuis toujours, agnès b. défend par ailleurs le travail d’artistes graffeurs/graffiteurs, comme Les frères Ripoulin (1984), Futura 2000 (1989, 1991) ou Bad BC (1990). Une exposition de groupe a réuni en septembre 2001 18 graffeurs venus de France, des Etats Unis et du Brésil. L’occasion pour agnès b. de revenir sur cet engagement :

“J’ai toujours aimé les graffitis depuis ceux que j’ai vus enfant sur le tronc des hêtres dans la forêt de Marly, ou bien ceux taillés dans la pierre de la carrière des Baux par exemple. A New York, fin 70 début 80, je me suis passionnée pour ceux qui envahissaient alors la ville et le métro. Je me souviens de SAMO, le tag de Basquiat que je ne connaissais pas encore. J’ai acheté à ce moment-là ou peu après le très beau livre sur les graffs du métro préfacé par Norman Mailer. Ce texte est pour moi très important et très beau. Dès l’ouverture de la galerie en 84, j’ai cherché à montrer ce qui était pour moi un art de la rue, les travaux des Ripoulin (Piro Kao, 3carrés, Ox, Manhu, Nina Childress, Closky et Bla+Bla+Bla) que ceux-ci collaient à l’époque sur les grands panneaux publicitaires du métro. J’aime montrer à la galerie ce qui me frappe dans ce qui se passe “dehors”, souligner ce qui me semble important dans cette expression furtive et déterminée. Futura 2000 a donné ses lettres de noblesse à la bombe ! Virtuose, il fait un cercle parfait du bout de l’index…”

Dans la continuité de cette idée de dialogue/confrontation, agnès b. a également créé en 1999 une série d’expositions collectives baptisée “Affinités Electives”, dont le principe est d’offrir à chaque artiste la possibilité de choisir à son tour un invité, créant ainsi une chaîne de rencontres croisées.
En alternance avec ses expositions monographiques, la galerie du jour propose des expositions de groupe où cohabitent figures de renommée internationale et jeunes artistes, et qui permettent la confrontation de différents media et de différentes voix.

Dès 1985, agnès b. invita des photographes à travailler sur un thème donné, idée reprise ensuite avec bonheur par Le Mois de la Photo à Paris. En 1996, l’une des expositions créée par agnès b. sur ce principe, “Des photographes et le cardigan pression”, fut invitée au Centre Georges Pompidou.

la galerie déménage ... !

Une grande fête de fermeture de la galerie du jour a eu lieu samedi 27 janvier 2018 avec des performances, des projections et des surprises ! La galerie du jour a fermé ses portes rue Quincampoix et rouvrira en 2019 au sein de la fondation agnès b. … à suivre !

Hors les murs

La galerie du jour agnès b. participe également à des salons d’art contemporain et de photographie dans le monde.

LIBRAIRIE du jour

Ouverte en septembre 2001, la librairie du jour agnès b. est le prolongement naturel de la galerie du jour qui au fil des années et des expositions a développé une importante activité de publication : catalogue des expositions, co-éditions, affiches et cartes postales d’artistes…